Développement durable

Les chœurs d’enfants des camps de réfugiés palestiniens ont obtenu des aides locales pour continuer à chanter.

Le projet de chœurs d’enfants « Al Sununu » de AER à Gaza, en Syrie, au Liban et à Jérusalem-Est est désormais entièrement soutenu par les communautés et les ONG locales.

En 2010, l’équipe de AER a mené un projet visant à apprendre aux enfants des camps de réfugiés palestiniens les chansons de leur patrimoine musical.

Cette mission a été lancée dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem-Est, en Syrie, au Liban et en Jordanie. Le but était d’offrir aux enfants palestiniens un accès à leur riche tradition musicale. Un moyen aussi de les aider à construire leur identité culturelle dans le difficile contexte de l’isolement au sein des camps marqué par les difficultés causées par la guerre et la pauvreté.

EN SAVOIR PLUS

Sur une période de cinq ans, 1185 enfants ont bénéficié de ce projet de chœurs d’enfants « Al Sununu » (l’Hirondelle en arabe). Ils ont tous appris le même répertoire.
Désormais, les chœurs de Gaza, Syrie, Liban et Jérusalem-Est sont entièrement soutenus par les communautés et les ONG locales.

Lorsqu’AER a commencé le projet « Al Sununu » dans les camps de réfugiés palestiniens en 2010, il n’y avait pas de professeurs de chant choral ni de programmes d’éducation musicale. Par l’entremise de ses partenariats avec des instituts de musique locaux, AER a pu bénéficier de la collaboration de professeurs de musique. Notre association a contribué à former ces professeurs à devenir des chefs de chœur afin d’offrir les bases d’une éducation musicale aux enfants réfugiés. Un répertoire de musique traditionnelle arabe a été soigneusement sélectionné afin d’apporter la musique dans chaque foyer.

Le 23 avril 2013, les chœurs d’enfants de Gaza, Jérusalem-Est, Cisjordanie, Jordanie, Syrie et Liban ont tous été réunis pour donner simultanément un concert unique diffusé par satellite dans tout le Proche-Orient.

Aujourd’hui, grâce au projet de chœurs « Al Sununu », les enfants réfugiés bénéficient d’une éducation musicale de qualité. Ils parviennent par ce biais à échapper un peu au quotidien difficile qui est le leur dans ces zones de conflit. Leur enthousiasme et leur assiduité le confirment. Ils ont également l’opportunité de découvrir leur patrimoine traditionnel, d’apprendre et de reproduire le répertoire que leurs grands-parents et leurs parents ont chanté avant eux.

TÉMOIGNAGES